DÉBARQUEMENTS
 
 842 arrivées totales confirmées !
 187 dans la nuit, 19 femmes, 1 mineur, départ Libye, composition
 Libyen (le "passeur") et sub-sahariens

vidéo de l'arrivée du bateau : http://tv.repubblica.it/edizione/
palermo/lampedusa-barcone-alla-deriva-a-bordo-655-
immigrati/67805?video


655 entre 2h00 et 3h00, 82 femmes, 19 (ou 21 ?) mineurs, départ
Libye, majoritairement sub-sahariens, puis Algériens, Libyens

vidéos de l'arrivée, le bateau était en avarie timonier :
 http://tv.repubblica.it/edizione/palermo/lampedusa-i-
soccorsi-in-mare-al-barcone-alla-deriva/67829?video=&
pagefrom=1

http://tv.repubblica.it/edizione/palermo/lampedusa-barcone-alla
-deriva-a-bordo-655-immigrati/67805?video=&pagefrom=1


Il devait y avoir un troisième arrivée. Donc il n'y a que 2 solutions
soit...


 
 CONTRÔLE OU TRAGÉDIE
 
 Le Min. de l'Intérieur se félicite que la Tunisie tient ses engagement
("c'est la preuve que l'accord entre nos 2 pays fonctionne") car une
bateau de 100 personnes environ a été arraisonné par les garde-côtes
tunisiens dans le canal de Sicile avant d'entrer dans les eaux
internationales.
 
 Une heure après le départ des côtes libyenne du bateau contenant
655 personne, un autre bateau est parti avec à son bord 600
personnes. Il a coulé à pic à au large des côtes libyennes car il était
surchargé. (en tout cas c'est la seule explication donnée). Le bilan sera
très lourd, pour l'instant 16 cadavres ont été identifiés comme
Somaliens par un journaliste Somalien en poste en Libye. Il y a des
Nigérian, puisqu'une Nigériane arrivée avant-hier à Lampedusa attendait
son fils qui était dans ce bateau.
 
 
 RÉVOLTES ET ÉVASIONS
 
Et massive, même si on n'en connaît pas le nombre... 2 évadés tout de
même malgré le travail des carabiniers et de la police. Ces Tunisiens
étaient arrivés le 16 avril de Lampedusa dans le centre de rétention de
Modena (nord de l'Italie, Emilia Romania, près de Bologna). Hier, on leur
a annoncé qu'il prendrait l'avion ce matin. À 5h00 ils sont montés sur les
toits, deux ont sauté les 10 m. Les autres ont fini par se rendre. Ils sont
sûrement en Tunisie à l'heure qu'il est.

 La petite centaine de Tunisiens qui étaient en grève de la faim depuis
une semaine à Ventimiglia l'ont arrêtée. Les autorités leur ont promis
(on a peur) qu'elles étudieraient leur cas et qu'elle ferait le nécessaire
pour les ajouter au nombre des réfugiés pour lesquels la région Liguria
engage un programme "d'accueil et d'intégration". En effet, ces Tunisiens
"squatteurs de gare" sont ceux que la France a repoussé, pendant la
dernière semaine d'avril (en plusieurs fois, sur 200 elle en a barré la route
à 25, le lendemain, elle en barra la route à 20 sur 100, et ainsi de suite).

Des photos du moment de l'arrêt de la grève, en bas de page :
 http://www.sanremonews.it/2011/05/07/leggi-notizia/argomenti
/cronaca/articolo/ventimiglia-arrivano-le-rassicurazioni-della-
regione-i-tunisini-sospendono-lo-sciopero-della-fame.html

 
 Pour les slogans qu'on voit sur les banderoles, traduction : "permis
de séjour humanitaire, mais pour quoi faire ?" - "grève de la faim"
"quel est le sens de ce permis de séjour ? Liberté, on veut que ça"


 Il n'y a pas que la France qui repousse pour des raisons d'inuffisance de
ressources, l'Autriche l'a au moins fait 8 fois déjà pour des Tunisiens passés
par Lampedusa.

 Vers 20h00, des pêcheurs signalent au port un bateau avec 700 personnes
environ à bord, il devrait arriver pendant la nuit...